Aïkido

Morihei Ueshiba

L’Aïkido est un art martial japonais que Morihei Ueshiba (1883-1969) fonda alors qu’il avait 40 ans, après avoir pratiqué diverses disciplines comme la lance, le sabre et différentes écoles de ju-jitsu. Il avait alors comme préoccupation de dépasser le stade de la technique et de se diriger vers une discipline éducative. L’aïkido fait le pont entre la tradition martiale japonaise et la modernité du monde actuel.

L’Aïkido se présente sous forme de projections ou d’immobilisations en utilisant l’impulsion (attaque) du partenaire et en la domestiquant, sans nuire à l’intégrité de celui-ci. Par là-même, on peut dire qu’il est un art martial non-violent, en proposant à la situation de conflit une autre solution que la destruction.

Le travail des armes : bokken (sabre en bois), jo (bâton), tanto (couteau), s’il n’est pas indispensable, n’en demeure pas moins une partie importante de la pratique en développant en particulier les notions de distance, vigilance et centrage. Comme il est dit plus haut, Morihei Ueshiba s’en est largement inspiré et il convient d’y accorder une grande importance.

L’absence de compétition et les formes des techniques réalisées, sans contrainte ni opposition, font de l’Aïkido une activité non traumatisante. Elle permet d’entretenir une bonne condition physique, en sollicitant le corps dans sa globalité, en privilégiant les notions d’équilibre, de centrage, de mobilité, de contrôle et de vigilance. Mais l’Aïkido développe également des valeurs morales, comme la persévérance, la rigueur, l’humilité et l’écoute de l’autre.